Aujourd’hui un enfant est né au Caire, ce bébé s’appellera Facebook … Idiot, absurde ? Probablement pas. Dans 10 ou 20 ans, ce que nous vivons fera partie de l’Histoire, nous aurons la fierté de dire à nos enfants que nous étions témoins de cela. Que certains d’entre nous ont tout suivi sur des réseaux sociaux, sur l’ancêtre des réseaux sociaux, Facebook. Facebook que Mark Zuckerberg dirigeait avant de présider Apple et de se présenter à l’élection présidentiel des US (sans succès, faut pas déconner). 😉

Un peu comme aujourd’hui je dis qu’au moment de la chute du mur de Berlin, j’étais là.

Aujourd’hui, l’actualité donne envie de revoir Laurence d’Arabie, l’époque où un colonel anglais digne représentant militaire participait à la révolte des bédouins saoudiens. A l’époque pourtant, pas de technologie. La violence pouvait se dérouler 15 jours avant que l’on en entende parler, et pas tout le monde. Aujourd’hui, il faut à peine 15 minutes et encore.
Le point commun entre tout cela ? La technologie ? Facebook , Twitter et Youtube ? Non, ce n’est pas le premier point commun. Au coeur de toute ces luttes : le désir de démocratie. C’est quoi ça ? voter, et choisir ces dirigeants ? Oui, il y a de ça, mais surtout que le peuple ait le droit d’avoir d’autres candidats et non un seul pendant 30 ans comme pour l’Egypte ou en Tunisie, le renouvellement de nos dirigeants. Mais est-ce que cela suffit pour satisfaire au minimum syndicale des droits de l’Homme ? Certes, Jacques Chirac disait malicieusement à propos de la Tunisie : les droits de l’homme c’est le droit de manger à sa faim et de s’instruire. Bof, à sa différence, et je dois pas être le seul, je pense que le droit d’expression, la liberté d’expression est le dernier des droits de l’Homme.
Ces demandes viennent des tripes, ce sont des cris qui ne s’éteindront qu’avec le dernier souffle de ceux qui les portent. Et comme ce sont des désirs de démocratie, ils s’accommodent mal de violence de la part des révoltés. Des révoltés qui se défendent certes, mais n’attaquent pas. Des casques bleus, sans casques et sans armes.

Ce qui a déclenché ces révolutions ? La violence de l’injustice.
Lorsque Mohammed Bouazizi en Tunisie a vu son stand de fruits et légumes confisqués par la police, il n’en pouvait plus. Il a voulu montrer qu’aucune souffrance n’était comparable à celle de ne pouvoir nourrir sa famille, il s’est immolé par le feu. La dernière fois qu’une personne s’est immolée pour des raisons politiques, c’était, si je ne m’abuse, pour la quête d’indépendance du Tibet pendant laquelle des moines se sont immolés.

C’est pas courant qu’un arabe s’immole, c’est même presque du jamais vu, dans la culture arabe où le suicide est considéré comme un acte d’une rare violence. Et en particulier par le feu. En effet, après le décès, la famille peut participer à la mise du corps dans le linceul. La vue du corps ne disparaît donc pas du regard des hommes de la famille. Pour avoir participé subrepticement à ces cérémonies, c’est très émouvant. Alors penser que des proches voient le corps brûlé … enfin bref.
Cette description de la cérémonie mortuaire est nécessaire pour comprendre la puissance des sentiments en jeu. Et mourir sous les balles d’un sniper ou sous les coups des policiers est dans ce cas peu au regard de l’immolation. Il faut bien réaliser que lorsque la cause est plus grande que nous, seul notre souvenir compte.

Les manifestations pour l’enterrement de Mohammed Bouazizi comme celle de ceux morts sous les balles des policiers tunisiens pendant les manifestations furent émouvantes, elle furent les premières qui allumèrent l’incendie qui embrasa la Tunisie et montra le ras-le-bol généralisé. Ce n’est pas étonnant que ce cri ait émergé d’une des villes les plus pauvres en Tunisie.

Et puis il y a les femmes.
Les femmes qui sont au premier rang au côté des hommes pour combattre la violence de la police. Il y avait déjà eu Neda, cette jeune iranienne dont la vidéo a circulé sur Facebook et dont on voyait le sang couler. Une jeune femme de 25 ans.
Elles sont nombreuses sur les photos que l’on récupère, on les voit aussi sur les vidéos jeter des pierres et se battre sans posséder le moindre équipement militaire. Ce n’est pas surprenant pour nous en France, mais ça l’est pour moi qui ai encore une vision des années 80 des pays du Maghreb. Elle ont des voiles, quelquefois le voile intégral et en France cela réveille des peurs féministes. Mais c’est un autre débat.

Visiter un site d’équipement militaire : https://www.ruedumilitaire.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *